Qu’est-ce qu’une assurance habitation ?

L’assurance habitation est l’assurance indispensable aux particuliers. En effet, il faut souscrire à une assurance habitation avant l’occupation des lieux. Cette dernière a pour but d’offrir à l’assuré, une protection en responsabilité civile des occupants. Elle peut aussi protéger votre mobilier à hauteur d’un certain montant. Nous allons vous expliquer pourquoi souscrire à une assurance habitation.

Quels sont les garanties d’une assurance habitation ?

En règle général, votre assurance habitation vous couvre sur les locaux et leurs contenus, mais aussi tout ce qui découle de la responsabilité civile. Mais vous pouvez aussi compléter ces garanties à l’aide « d’extensions » ou « garanties supplémentaires » pour des cas précis.

Pour les locaux et leurs contenus :

  • Dégâts des eaux,
  • Catastrophes naturelles et technologique,
  • Attentat, actes de terrorisme,
  • Cambriolage par effraction,
  • Incendies et évènements similaires,
  • Biens personnels,
  • Mobilier d’intérieur et d’extérieur

Concernant la responsabilité civile :

  • Prise en charge de certaines activité professionnelles (Assistance maternelle),
  • Protection du bâtiment ainsi que de ses occupants (animaux compris),
  • Les activités de loisirs,

Les extensions de garanties :

  • Protection juridique,
  • Garantie contre agression,
  • La garantie « Cave à vin« , cette dernière a pour particularité d’assurer vos vins de valeur en cas de sinistre pouvant entraîner la casse ou une altération de ce dernier
  • Dommages électriques
  • Dépendances
  • Jardin
  • Extensions de garanties
  • etc.

Elles ne sont pas obligatoires et font souvent augmenter le coût de votre assurance habitation. Cependant, elles constituent un bonus pour vous assurer quelle que soient vos besoins.

Souscrire à une assurance habitation pour se protéger des sinistres

Quand souscrire à une assurance habitation ?

Vous avez pour obligation de souscrire une assurance habitation avant d’entrer dans le logement. En effet, rares sont les propriétaires, ou agences immobilières qui remettent les clés sans ce précieux sésame. Vous êtes dans l’obligation légale de fournir votre attestation d’assurance dès l’effet du bail.

Note aux propriétaires : vous pouvez souscrire à une MRH au nom de votre locataire et l’inclure dans les charges. Cette option est en vigueur de puis le 30 mars 2016. Notez aussi que le coût peut être majoré de 10% pour dédommager le propriétaire qui aura pris le temps de réaliser ces démarches administratives.

Combien ça coûte ?

Le coût d’une assurance habitation peut varier. En effet, il n’y a pas de montant fixe comme pour la plus part des assurances. Les prix varient en fonction de beaucoup de critères : la situation géographique du bien, la surface habitable, l’indice du coût de construction, la présence de piscine ou véranda. Chaque logement est unique et son occupant aussi, l’assurance doit être réalisé sur-mesure.

Cependant, il existe une franchise fixée par les pouvoirs publics en cas de dégâts causés par des catastrophes naturelles. Elle s’élève à 380€.

A quoi souscrire en parallèle d’une assurance habitation ?

Si vous êtes propriétaire d’un bien, plusieurs choix s’offrent à vous. Certaines sont vivement conseillées pour la protection qu’elles vous apportent. D’autres sont à usage plus professionnel. Et bien évidemment, certaines protègent votre source de revenu si vous faites louer votre bien.

Souscrire à une assurance propriétaire non occupant, ou PNO

Pour les propriétaires-bailleurs, elle est obligatoire depuis peu, la PNO est très controversée pour son faible coût et son double emploi. La PNO a pour but de couvrir un vide laissé entre la MRH (Multirisque Habitation) et la MRI (Multirisque Immeuble). Malheureusement, il arrive parfois que le logement cause des sinistres sans pour autant impliquer la responsabilité du locataire. De plus, cette garantie vous protège en responsabilité civile vis à vis de vos voisins et des tiers.

La PNO est rendue obligatoire depuis la Loi Alur 2017.

La location saisonnière

Dès que vous proposez des baux de moins de 90 jours, vous pouvez vous assurer en Responsabilité Civile Loueur Meublé. C’est une assurance valable pour les gîtes, mais aussi tout autre location à courte durée. Cela couvre les dégâts occasionnés par le locataire.

Bien qu’elle ne soit pas obligatoire, elle propose plusieurs garantie. L’une d’elles étant « pour le compte de qui il appartiendra », elle couvre donc aussi les dommages que le locataire pourrait causer à lui même ou à un tiers.

De plus, avec cette garantie, vous n’avez pas besoin de vérifier si le locataire est assuré de son côté.

Abandon de recours

Cette garantie prend en charge les dommages que pourraient faire les locataires aux immeubles ou aux personnes voisines. Grâce à cette garantie, le propriétaire peut exiger aux locataires de souscrire à une assurance qui couvrira ces dommages.

Recours des locataires contre le propriétaire

Cette garantie a pour but de protéger les locataires qui pourraient être victime de dommages au sein de l’habitation suite à un entretien négligé de celui-ci.

La garantie loyer impayés (GLI)

Adressée aux propriétaires, la Garantie Loyer Impayés vous couvre en cas de non-paiement de loyer par votre locataire.
Pour vous protéger de ce genre d’évènements, vous devez dans un premier temps souscrire à la GLI à la mise en place du bail, et maximum 20 jours après l’entrée dans les lieux.

Sinistre : que faire en cas de dégâts des eaux ?

Le constat amiable

Tout d’abord, vous devez réaliser un constat amiable de dégâts des eaux. Ce document est commun à toutes les assurances.

Vous pouvez télécharger gratuitement notre modèle : constat amiable contre les dégâts des eaux

Vous disposez de 48h pour compléter le constat, et pour le faire signer à l’autre partie. Ce délai est très court, cependant il permet aux assureurs de prendre en charge les dégâts rapidement.

Bien évidemment, l’autre partie devra elle aussi envoyer ce constat à son assureur. Après cela, les 2 assurances rentreront en contact pour déterminer la responsabilité et payer le sinistre.

Souscrire à une assurance habitation, c'est aussi se protéger contre les dégâts des eaux.

Le paiement

Dès lors que votre déclaration a été réalisée, c’est votre assurance habitation qui prendra le relais.
C’est en fonction des franchises choisies dans votre contrat que les prestations se mettront en marche. Notamment dans la réalisation des travaux. Notez que cela dépendra aussi de votre responsabilité dans le sinistre.

Le sinistre impacte t-il le coût de l’assurance ?

Contrairement à l’assurance auto qui dispose d’un système de bonus/malus, le prix de votre assurance n’est pas remis en cause en cas de sinistre.
Néanmoins, le jour où vous changez d’assurance, vous devrez signaler la présence d’un sinistres sur les 3 dernières années au maximum.

Prenez garde, certains assureurs résilient à la date anniversaire les clients ayant eu plusieurs sinistres d’affilé. Il faut donc surveiller vos contrats après avoir rencontré plus d’un sinistre, afin d’éviter d’autres mauvaises surprises.

Heureusement, les assureurs sont assez réactifs et prennent vite en charge ce type de sinistre. C’est aussi l’occasion de comparer vos garanties et de voir si elles conviennent à vos attentes actuelles. Au quel cas, il faudra penser à réétudier votre contrat.

La convention IRSI ?

Prévue pour les incendies et les dégâts des eaux, le dispositif IRSI est entré en vigueur le 1er Juin 2018. Cette convention existe pour prendre en charge les sinistres d’immeuble en copropriété lié aux incendies et aux dégâts des eaux.

La convention IRSI est présente pour mettre des règles claire : Elle met en exergue l’assureur qui doit gérer le sinistre et l’assureur qui doit s’acquitter des indemnisation.
Cette convention est un accord entre les compagnies d’assurance. Tout cela, dans le but de simplifier le processus d’indemnisation lors d’un sinistre.

Heureusement, la convention passe à l’étude régulièrement. Au 1er Juillet 2020, 3 conditions sont requises pour en bénéficier :

  • Le sinistre doit impérativement être lié à un dégât des eaux ou à un incendie,
  • Les dommages ne doivent pas excéder 5000 euros, sinon vous ne bénéficierez pas de la convention,
  • Il faut que 2 sociétés liées au sinistre soient adhérentes à cette convention.

En bref, la convention IRSI a pour but de simplifier les démarches d’indemnisation, mais aussi de simplifier les recherches de l’éventuelle fuite. En effet, c’est en règle général l’assureur gestionnaire qui prend en charge les recherches. Cela diminue les intermédiaires, et donc ; fait gagner un temps précieux.

Résilier facilement son assurance habitation avec la loi Châtel

Depuis 2005, résilier son assurance est devenu aussi simple que de souscrire à une assurance habitation. Grâce à la loi Châtel, les assureurs ont pour obligation de vous communiquer la fin de votre échéancier entre 3 mois avant la date anniversaire de votre contrat, et 15 jours après.

La Loi Châtel vous permet de résilier votre contrat jusqu’à 20 jours après la réception de votre avis d’échéance.

Seulement les assurances pour particulier à tacite reconduction sont concernées par cette loi. Donc, les contrats d’assurance vie sont à exclure tout comme les assurances professionnelles.
Nous vous proposons une lettre type juste ici.

Comment souscrire à une assurance habitation ?

Pour cela rien de plus simple, sollicitez LeBonCourtier pour vous faire gagner du temps et de trouver la bonne assurance habitation selon vos besoin.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire