prejuge assurance vie

L’assurance vie : 2 mots qui reviennent en boucle dans l’actualité financière et un produit finalement mal connu. L’assurance vie fait l’objet de beaucoup de préjugés. Pourtant, il s’agit de l’épargne favorite des Français. Mais même ceux qui le détiennent ont parfois des idées fausses sur ce placement. On a d’abord tendance à confondre l’assurance vie et l’assurance décès. Sur d’autres aspects, ce type de contrat a presque mauvaise réputation. Une actualité récente a sans doute eu pour effet d’amplifier certaines critiques. Elle ne rapporterait plus rien, ce serait un produit captif ou elle n’aurait pour fonction que de transmettre un patrimoine. Toutes ces affirmations nécessitent de remettre en perspective les spécificités d’un contrat d’assurance vie. Démêler le vrai du faux n’est possible qu’à condition de bien comprendre ce qu’est l’assurance vie. En donner une définition simple permettra déjà de balayer de nombreux préjugés sur ce placement.

préjugés assurance vie

Qu’est-ce que l’assurance vie ?

L’assurance vie doit se concevoir d’abord comme un produit d’épargne. Il ne s’agit en aucun d’un contrat assurantiel comme peut l’être une assurance décès. Vous ne cotisez pas à fonds perdu au sein d’un contrat d’assurance vie. Bien au contraire, la finalité de ce produit est de vous constituer un capital que vous pourrez si vous le souhaitez récupérer au terme de votre contrat. La particularité de ce placement est que vous pouvez désigner un ou plusieurs bénéficiaires du contrat. Ceux-ci percevront à votre décès et en exonération de droits de succession dans la limite de 152 500 €, les sommes que vous avez épargnées. Ces précisions étant posées, qu’en est-il des fausses rumeurs au sujet de l’assurance vie ?

L’assurance vie, c’est de l’argent bloqué pendant 8 ans

Dans les préjugés sur l’assurance vie, on retrouve le fait qu’elle soit bloquée. Il est effectivement conseillé de souscrire un contrat d’assurance vie avec un objectif de placement à long terme. Au-delà de 8 ans, vous profiterez pleinement de tous les avantages fiscaux de votre contrat. Vous bénéficierez d’un abattement de 4 600 € (9 200 € pour un couple) sur les plus-values et vos rachats ne seront taxés qu’à 24,7 % (prélèvement forfaitaire + prélèvements sociaux) pour des versements inférieurs ou égaux à 150 000 € (30 % au-delà). Mais il est faux de laisser entendre que votre argent est indisponible avant 8 ans. Les retraits seront possibles pendant toute la phase d’épargne qui précède la maturité fiscale de votre contrat. En revanche, ils seront taxés à 30 % et vous ne bénéficierez pas d’abattement. Avec un contrat d’assurance vie, vous pouvez donc disposez de votre capital à tout moment.

C’est un placement réservé à ceux qui ont beaucoup d’argent

argent assurance vie

L’assurance vie est accessible à tous. Il est possible de souscrire ce type de contrat avec quelques centaines d’euros. Il s’agit d’un produit très souple qui permettra à chacun d’épargner à son rythme. Le montant des versements d’un contrat d’assurance vie n’est pas imposé et ils peuvent de surcroit être interrompus quand vous le souhaitez.

Les sommes épargnées sur un contrat d’assurance vie bénéficient d’une garantie en capital et on ne peut pas perdre d’argent

Cette affirmation est partiellement inexacte. Elle reflète bien la méconnaissance que certains ont de ce produit. Un contrat d’assurance vie peut être mono support et investi dans ce que l’on appelle un « fonds euros ». Votre argent sera alors placé dans de la dette obligataire émise par des opérateurs privés ou des états. Ce type de contrat est réputé sans risque et bénéficie effectivement d’une garantie en capital. Dorénavant la plupart des contrats commercialisés sont multisupports et contiennent des fonds euros, mais aussi des unités de compte (UC) qui sont investis sur des produits plus risqués comme des actions ou des actifs immobiliers. Si les perspectives de gains offertes par ces UC sont bien supérieures à ceux des fonds euros, la contrepartie est également un risque de perte en capital.

Les sommes épargnées sur un contrat d’assurance vie ne rapportent plus rien

Cette assertion est en lien avec une actualité récente de l’assurance vie. Il est en effet question dans la presse de la fin des fonds euros qui pourraient ne plus offrir aucune rémunération. Il est indéniable que la rentabilité de ces fonds s’est effondrée au fil des ans. Alors que ceux-ci affichaient des performances proches de 4 %/an jusqu’en 2008, la rémunération servie en 2018 était en moyenne de 1,8 %. Pour 2019 elle devrait de nouveau être en baisse à 1,4 % en moyenne. Cela rapporte donc encore un peu et dans un contexte de taux historiquement bas, l’assurance vie reste un placement plus rémunérateur que l’épargne réglementée (Livret A, LDD, PEL). Sur d’autres supports investis sur les marchés financiers il sera possible d’obtenir de bien meilleures performances avec en contrepartie le risque d’une perte en capital.

L’assurance vie ne sert qu’à préparer la transmission de son patrimoine

L’assurance vie s’adresse à toutes les générations. Il est même possible d’ouvrir un contrat à un enfant mineur. Cela permet de prendre date, car son contrat arrivera à maturité fiscale dès le début de sa vie adulte.

Il est inexact d’étiqueter ce placement comme un produit de transmission du patrimoine. il faut partie des préjugés sur l’assurance vie le plus courant. Cela peut être effectivement sa fonction, mais ce n’est pas la seule. L’assurance vie est avant tout une formule très souple pour gérer son épargne. Elle permet, au même titre que d’autres produits financiers comme le PEA ou des SCPI, de se constituer un capital dans un objectif précis. Ce peut être une simple épargne de précaution ou une somme que l’on veut faire fructifier pour financer plus tard les études de ses enfants ou préparer sa retraite.

Le saviez-vous? Vous pensez être bénéficiaire d’une assurance vie de quelqu’un qui vient de décéder? Vous pouvez vous adresser à l’Association pour la gestion des informations sur le risque en assurance (AGIRA) qui procédera à la recherche.

Après 70 ans, les sommes que vous versez sur un contrat d’assurance vie ne sont plus exonérées de droits de succession

transmission assurance vie

Ces préjugés sur l’assurance vie sont inexacts. Si votre objectif est d’épargner pour transmettre à vos proches un patrimoine en exonération de droits de succession, il est certain que vous avez intérêt à verser des sommes sur votre contrat avant votre 70éme anniversaire. Dans la limite de 152 500 €, celles-ci ne seront pas taxées. Au-delà de ce montant, l’administration prélèvera 20 % de droits. Mais même des versements effectués après le 70éme anniversaire du titulaire du contrat pourront échapper à l’impôt. Le plafond d’exonération ne sera alors plus que de 30 500 €.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire